Logo Lépi'Net

Les Carnets du Lépidoptériste Français

Noctuidae Noctuinae

Apamea syriaca Osth. ( = Abromias tallosi Kovacs & Varga)

L'Abromiade des steppes

Nourriture de la chenille : Probablement racines des graminées


Références : Liste Leraut 1997 : n°4734 / Guide Robineau (2007) : n°1340

Apamea syriaca Osth. adulte - ©Philippe Mothiron
Plan-d'Aups-Sainte-Baume (Var), 26 mai 2006. Photo Philippe Mothiron.
Apamea syriaca Osth. adulte - ©Philippe Mothiron Apamea syriaca Osth. adulte - ©Daniel Morel Apamea syriaca Osth. adulte - ©Philippe Mothiron

Etat carte : à actualiser

Voir texte ci-dessous

A propos des cartes


Répartition française : Surtout Midi de la France, mais remonte jusque dans l'Aisne.

Commentaires : L'espèce est considérée comme distincte d'A. sicula par Zilli, Ronkay et Fibiger (2005). Les deux espèces, elles-mêmes voisines d'A. monoglypha, cohabiteraient en Grèce et en Sicile. Cf. Noctuidae Europaeae, 8 : 137-138.

Bibliographie espèce :

Pour en savoir plus...

Comment le reconnaître ?

Apamea syriaca (au milieu) ressemble fortement à une autre espèce très répandue en France : Apamea monoglypha (en bas).

Elle peut également être confondue avec certaines formes de Lacanobia thalassina (en haut)

La distinction avec Lacanobia thalassina est la plus facile. En effet cette dernière est régulièrement plus petite, l'apex des antérieures est plus arrondi ; elle est caractérisée par une tache basale claire très visible aux antérieures, entre le trait basilaire et la costa. Son orbiculaire est peu allongée et sa claviforme est généralement visible (chez Apamea syriaca elle est remplacée par un trait noir). Enfin, ses ailes postérieures sont plus uniformément sombres.

La séparation avec Apamea monoglypha peut être beaucoup plus "sportive". En effet, les systématiciens ont beaucoup tâtonné avant de définir le statut des différentes entités du "complexe Apamea monoglypha". Et ce n'est peut-être pas terminé ! La principale raison réside dans l'absence de critère distinctif absolu dans les genitalia. Et pourtant on est certain qu'Apamea syriaca est une espèce distincte d'Apamea monoglypha car elle cohabite avec cette dernière tout en conservant ses caractéristiques propres (habitus, écologie, phénologie).

Par rapport à Apamea monoglypha, Apamea syriaca se distingue par une taille nettement inférieure en moyenne : envergure 39 - 51 mm contre 45 - 57 mm pour Apamea monoglypha. De façon générale, Sa coupe d'ailes est plus trapue, et la costa des antérieures moins incurvée. Mais ces critères suffisent rarement à eux seuls. C'est notamment le cas en Corse (où la présence de l'espèce est probable, mais non prouvée à ce jour), où les formes locales d'Apamea monoglypha sont plus petites en moyenne que sur le continent.

Sa coloration de fond ne fournit pas non plus de critère infaillible : toutefois on peut mentionner que sa plage de variation est moins étendue que chez Apamea monoglypha. Chez Apamea syriaca la couleur fondamentale est ocre ou gris-brun, exceptionnellement rougeâtre ou noirâtre. Les spécimens très obscurcis sont rares, et même dans ce cas, les dessins (notamment ceux des taches orbiculaire et réniforme) restent apparents, alors que chez Apamea monoglypha on rencontre assez fréquemment des exemplaires uniformément sombres.

La meilleure façon de différencier presque à coup sûr les deux espèces consiste à examiner les deux taches (orbiculaire et réniforme) des antérieures, et l'espace qui les sépare . Chez Apamea syriaca, les deux taches sont séparées par une ombre médiane bien marquée qui tranche assez nettement sur le reste de l'aile . Par contraste, cette ombre fait ressortir les deux taches, d'autant plus que celles-ci sont largement cerclées de clair . L'orbiculaire est souvent très allongée, pupillée de sombre . Quant à la réniforme, elle est souvent prolongée distalement par une éclaircie qui fait disparaître son contour du côté externe. En comparaison, chez Apamea monoglypha l'ombre médiane est souvent peu marquée entre les taches. Ces dernières sont souvent d'une couleur quasiment uniforme, légèrement plus claire que le fond de l'aile, et finement liserées de noir. De ce fait, elles ne ressortent pas fortement sur le fond de l'aile. L'orbiculaire est souvent plus large, moins allongée.

De nombreux autres critères ont été cités pour séparer les deux espèces, comme le revers des ailes où la forme du "W" submarginal. Il semble que, si ces critères peuvent être efficaces dans certaines régions, ils ne s'appliquent pas dans d'autres. Un critère souvent mentionné pourra toutefois être utilisé, même s'il n'est pas toujours discriminant : chez Apamea syriaca, les stries basales et la strie médiane (celle qui remplace la claviforme) sont souvent moins marquées que chez Apamea monoglypha , étant réduites à de fins traits noirs, ressortant moins sur le fond de l'aile.

La femelle est un peu plus grande que le mâle, et se distingue surtout par la forme de son abdomen.

Ci-contre quatre exemplaires provenant de France. De gauche à droite et de haut en bas : Mâle, Caussols (Alpes-Maritimes), 1020 m, 4 juin 2000 ; Mâle, Abbéville-la-Rivière (Essonne), 24 juin 1995 ; Femelle, Saorge (Alpes-Maritimes), 460 m, 16 juin 2001 ; Femelle, Tourettes-sur-Loup (Alpes-Maritimes) 880 m, 3 juin 2000. Photos : Philippe Mothiron.

De façon générale, l'espèce est plus méridionale, plus thermophile et plus précoce qu'Apamea monoglypha. Cela n'empêche pas de rencontrer les deux espèces ensemble dans les localités favorables.

Où, quand, comment le rencontrer ?

La répartition française d'Apamea syriaca est encore imparfaitement connue du fait de la confusion fréquente avec Apamea monoglypha. Jusqu'à tout récemment, on la considérait plutôt comme une espèce du Midi, particulièrement fréquente en Provence à moyenne altitude (elle y est souvent plus commune qu' Apamea monoglypha. Or, il a fallu réviser ce jugement car ces dernières années l'espèce a été trouvée jusqu'en région parisienne (Essonne, Luquet & Mothiron) et en Picardie (Aisne, Barbut). De même, il semble que l'epèce soit assez répandue dans le sud-ouest (communications personnelles diverses).

A la lumière des données actuelles, Apamea syriaca apparaît comme une thermophile calcicole . Dans le sud, elle semble fuir les basses altitudes méditerranéennes et se rencontre à moyenne altitude sur les causses ou les adrets. Plus au nord, sa répartition est très morcelée et strictement limitée aux pelouses calcaires xériques.

L'espèce est assez précoce et vole de fin mai à début juillet . C'est donc courant juin que l'on a le plus de chances de la rencontrer.

Le papillon vient bien à la lumière, mais souvent au bout de quelques heures seulement. Il peut être localement abondant.

Premiers stades

Les premiers stades sont inconnus .

Il est probable que, comme pour les espèces voisines, les chenilles vivent dans les racines de certaines Graminées.

Est-il menacé ?

Dans le Midi, l'espèce ne semble pas mencée, étant largement répandue dans des milieux bien représentés. Il n'en est pas de même plus au nord, où Apamea syriaca se réfugie dans des aires réduites, disjointes et menacées. Dans toutes les régions où elle est connue dans la moitié nord du pays, l'espèce devrait figurer de facto sur les "Listes rouges".