Logo Lépi'Net

Les Carnets du Lépidoptériste Français

Geometridae Ennominae

Peribatodes rhomboidaria D. & S. ( = Boarmia rhomboidaria)

La Boarmie rhomboïdale, la Boarmie commune

Nourriture de la chenille : Très polyphage


Références : Liste Leraut 1997 : n°4047 / Guide Robineau (2007) : n°636

Peribatodes rhomboidaria D. & S. adulte - ©Philippe Mothiron
Mâle issu d'élevage, Buzy (Pyrénées-Atlantiques), septembre 2010. Photo Philippe Mothiron.
Peribatodes rhomboidaria D. & S. adulte - ©Philippe Mothiron Peribatodes rhomboidaria D. & S. adulte - ©Philippe Mothiron Peribatodes rhomboidaria D. & S. adulte - ©Philippe Mothiron Peribatodes rhomboidaria D. & S. adulte - ©Daniel Morel  Chenille de Peribatodes rhomboidaria D. & S. - ©Philippe Mothiron  Chenille de Peribatodes rhomboidaria D. & S. - ©Serge Wambeke  Chenille de Peribatodes rhomboidaria D. & S. - ©Serge Wambeke  Chenille de Peribatodes rhomboidaria D. & S. - ©Serge Wambeke

Etat carte : à jour

A propos des cartes


Voir d'autres photos :

Répartition française : Toute la France.

Bibliographie espèce :

Pour en savoir plus...

Comment le reconnaître ?

Peribatodes rhomboidaria est une Boarmie de couleur brun-grisâtre, de taille plutôt grande (envergure 33 à 45 mm ). Elle est assez variable. En effet, on rencontre fréquemment des individus aux dessins plus ou moins effacés. Dans le Midi, la couleur de fond tend parfois vers le gris foncé, sans nuance brune. Enfin, on observe assez régulièrement, notamment en milieu urbain, la forme rebeli, dont le fond entièrement assombri laisse seulement deviner quelques dessins.

Couple f. rebeli- En haut, mâle, Viroflay (Yvelines), 10.IX.1978 ; en bas, femelle, Viroflay (Yvelines), 9-X-1977.

La femelle se distingue du mâle par ses antennes filiformes et ses ailes plus larges, plus arrondies à l'apex.

L'espèce peut être confondue localement avec Peribatodes secundaria. Cette dernière est souvent un peu plus petite, et présente fréquemment des tons plus contrastés (traces de roussâtre). Mais surtout le tracé de la ligne postmédiane est différent, et les antennes du mâle sont beaucoup plus largement pectinées.

En haut : Haute-Isle (95), 18-V-1990. En bas : Chapelle-des-bois (Doubs), 1100 m, 7-VIII-1991.

Comparaison des antennes mâles P. rhomboidaria / secundaria.
Où, quand, comment le rencontrer ?

La Boarmie rhomboïdale est probablement la Géomètre la plus commune de France. Elle se rencontre sur tout le territoire, et pratiquement dans tous les milieux . En montagne, elle monte jusqu'à au moins 1500 mètres d'altitude. Elle s'accomode particulièrement bien des milieux urbains .

Son époque de vol est quasiment continue d'avril à début novembre . Elle produit généralement deux générations, les individus de la seconde génération (août à novembre) étant souvent de taille plus réduite.

Les imagos sont bien attirés par la lumière, mais également par la miellée et les fleurs de Troène (juin) ou de Lierre (septembre-octobre).

Premiers stades

La chenille est de couleur brun-orangé, et mesure près de 5 cm à taille maximale. Son ornementation peut être très variable, de sorte qu'il n'est pas toujours aisé de la reconnaître. D'autant plus qu'elle présente des similitudes avec celle de la Boarmie recourbée (Alcis repandata) qui se rencontre souvent sur les mêmes plantes.

Quelques formes de chenilles de Peribatodes rhomboidaria :

Chenille à terme, Buzy (Pyrénées-Atlantiques), trouvée sur saule.
Chenille début dernier stade, Les Mathes (Charente-Maritime), trouvée sur genêt.
Chenille à terme, Colognac (Gard), trouvée sur genêt.

De façon générale, la chenille de la Boarmie rhomboïdale est plus élancée que celle de la Boarmie recourbée. Par ailleurs, la chenille au dernier stade possède une paire de protubérances latéro-ventrales (plus ou moins visibles selon les individus et selon l'angle d'observation), située au tiers de sa longueur en partant de la tête.

Chenille à terme, Les Mathes (Charente-Maritime).

Les chenilles sont polyphages sur une multitude de végétaux , dont les plus souvent cités sont le genêt et les clématites.

Le stade hibernant est généralement la chenille, parfois la chrysalide.

Est-il menacé ?

La Boarmie rhomboïdale fait preuve de très bonnes capacités d'adaptation à tous les milieux. Elle n'est pas menacée.