Logo Lépi'Net

Les Carnets du Lépidoptériste Français

Geometridae Archiearinae

Boudinotiana touranginii Berce ( = Archiearis touranginii)

La Bréphine ligérienne

Nourriture de la chenille : Saule pourpre


Références : Liste Leraut 1997 : - / Guide Robineau (2007) : n°107

Boudinotiana touranginii Berce adulte - ©Alexis Borges
Mâle, Saint-Laurent-de-Levézou (Aveyron), 7 avril 2008. Photo Alexis Borges.
Boudinotiana touranginii Berce adulte - ©Alexis Borges Boudinotiana touranginii Berce adulte - ©Daniel Morel Boudinotiana touranginii Berce adulte - ©Daniel Morel Boudinotiana touranginii Berce adulte - ©Daniel Morel Boudinotiana touranginii Berce adulte - ©Daniel Morel  Chrysalide de Boudinotiana touranginii Berce - ©Antoine Lévêque  Chenille de Boudinotiana touranginii Berce - ©Antoine Lévêque  Chenille de Boudinotiana touranginii Berce - ©Antoine Lévêque  Chenille de Boudinotiana touranginii Berce - ©Antoine Lévêque  Chenille de Boudinotiana touranginii Berce - ©Antoine Lévêque

Etat carte : à jour

A propos des cartes


Voir d'autres photos :

Répartition française : Centre et est de la France.

Commentaires : Espèce voisine de Archiearis notha, récemment séparée de cette dernière. Taille sensiblement plus réduite. Citée du centre-est du pays, elle vole en mars au bord des rivières où pousse sa plante nourricière. Cf. Bérard (2000), Bull. mens. Soc. linn. Lyon, 69 (6) : 142-144.

Bibliographie espèce :

Pour en savoir plus...

Comment le reconnaître ?

Boudinotiana (=Archiearis) touranginii est un petit Géomètre diurne qui ressemble beaucoup à son congénère B. notha, au point qu’on l’a longtemps considéré comme une sous- espèce de ce dernier. Ce n’est qu’en 2000 que Bérard, après étude des genitalia, a élevé touranginii au rang de bonne espèce.

B. touranginii peut également être confondu avec l’espèce proche Archiearis parthenias. Toutefois, on distinguera les mâles de touranginii par leur antennes nettement pectinées (celles de A. parthenias sont filiformes), et les femelles à leur coupe d’ailes moins allongée et leurs antérieures plus grisâtres. Dans tous les cas, touranginii est beaucoup plus petit que parthenias. C’est donc avec B. notha que les risques de confusion sont les plus importants.

Le premier critère distinctif est la taille. Les plus grands touranginii atteignent à peine l’envergure des plus petits notha. Le mâle mesure environ 28 mm, la femelle est en moyenne un peu plus petite (chez notha : envergure du mâle 29-34 mm, femelle 27-31 mm). Il faut noter que cette réduction de taille se traduit essentiellement par une moindre étendue des zones sombres des postérieures. De ce fait, les plages oranges semblent proportionnellement occuper davantage de place.

Par ailleurs, de façon générale, B. touranginii a des formes et des dessins plus arrondis que B. notha. Le bord externe des ailes antérieures est plus convexe. L’épaississement de la bande noire marginale des ailes postérieures forme une tache arrondie, alors que celle-ci est souvent plus anguleuse chez B. notha. Enfin, la ligne postmédiane des antérieures a un tracé presque rectiligne, et chez le mâle elle est mieux marquée que chez notha et soulignée extérieurement d’écailles plus claires.

Les planches suivantes illustrent les trois espèces A. parthenias, B. notha et B. touranginii.

Comparaison des mâles (Photos Daniel Morel) :

Comparatif des Bréphines françaises 
(mâles)

Comparaison des femelles (Photos Daniel Morel) :

Comparatif des Bréphines 
française (femelles)

Comparaison des antennes mâles (Photos Daniel Morel)

Comparatif des antennes des Bréphines mâles.
Où, quand, comment le rencontrer ?

Comme les deux autres espèces citées, B. touranginii vole au tout premier printemps, généralement pendant la seconde quinzaine de mars (dates extrêmes : 9 mars - 4 avril). La période de vol est assez brève. Le vol est exclusivement diurne.

L’espèce n’est connue pour le moment que France et d’Espagne, même si l’on juge probable sa présence en Allemagne et en Suisse. En France, elle a surtout été observée dans les départements du centre du pays, dans un triangle Loir-et-Cher - Aveyron - Saône-et-Loire. D'anciennes citations du Haut- Rhin et du Nord ouvrent des perspectives dans l’est et le nord du pays.

Il est vraisemblable que la connaissance de sa répartition va progresser maintenant que ses préférences écologiques sont mieux connues. En effet, l’espèce ne se rencontre que sur les berges des rivières. Elle a tout d’abord été trouvée le long de la Loire et de ses affluents, mais ensuite aussi le long du Doubs (affluent de la Saône) et de la Doller (affluent de l’Ill).

Dans ces milieux, le papillon recherche le voisinage des vieux Saules pourpres (Salix purpurea). Il butine les chatons ou se repose sur les branches hautes. Il descend assez rarement se poser au sol, contrairement à B. notha avec lequel il cohabite assez fréquemment.

Remarque : dans ses localités d'altitude du Massif Central, la présence du Saule Pourpre n'a pas été attestée. Un complément d'étude est à apporter pour déterminer si l'espèce ne s'est pas adaptée localement à d'autres espèces de Saules.

Premiers états

Les premiers états n’ont été décrits que très récemment (Colomb, 2005).

La femelle pond ses oeufs minuscules isolément ou en petits amas, généralement dissimulés derrière les bourgeons du Saule pourpre. Les jeunes chenilles gagnent ensuite un abri entre deux feuilles. Elles vivent ainsi cachées toute leur existence, ne sortant que de temps à autre pour aller grignoter à l’extérieur. La vie larvaire est brève : environ un mois.

La chenille à terme est difficile à distinguer de celle de B. notha. La couleur de fond est le vert clair, avec une bande latéro-dorsale noirâtre de largeur très variable, qui peut aller jusqu’à recouvrir toutes les plages vert clair. Des lignes longitudinales plus claires sont visibles, la plus marquée se trouvant au niveau des stigmates. La tête est verte avec des taches noires.

La nymphose a lieu durant la première quinzaine de mai. Il semble probable que le stade de chrysalide puisse se prolonger plusieurs années, comme c’est le cas chez les espèces voisines.

On peut donc conseiller la recherche de chenilles fin avril sur le saule pourpre.

Le papillon est-il menacé ?

Compte tenu de sa stricte localisation dans des milieux fragiles, de son inféodation probable à une unique plante nourricière, on peut estimer que B. touranginii est une espèce a valeur patrimoniale élevée, dont la présence doit impérativement inciter à prendre des mesures de protection des habitats.