Logo Lépi'Net

Les Carnets du Lépidoptériste Français

Lasiocampidae Poecilocampinae

Poecilocampa populi populi L.

Le Bombyx du Peuplier

Nourriture de la chenille : Feuillus


Références : Liste Leraut 1997 : n°3203 / Guide Robineau (2007) : n°25

Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron
Verneuil-sur-Seine (Yvelines), 20 novembre 2008. Photo Philippe Mothiron.
Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron Poecilocampa populi populi L. adulte - ©Philippe Mothiron  Chenille de Poecilocampa populi populi L. - ©Philippe Mothiron  Chenille de Poecilocampa populi populi L. - ©Daniel Morel  Oeuf de Poecilocampa populi populi L. - ©Philippe Mothiron

Etat carte : à actualiser

Voir texte ci-dessous

A propos des cartes


Répartition française : Probablement toute la France continentale (dans le sud des Alpes, représentée par la ssp. coluchei)

Bibliographie espèce :

Pour en savoir plus...

Comment le reconnaître ?

En France, ce petit Bombyx de couleur générale gris foncé (envergure 31 à 35 mm) ne peut guère être confondu qu’avec une seule espèce, le Poecilocampe de Millière (Poecilocampa alpina).

En haut, mâle de Poecilocampa populi populi, le Bombyx du Peuplier.

En bas, mâle de Poecilocampa alpina, le Bombyx de Millière. Ce dernier se distingue nettement du Bombyx du Peuplier par ses ailes antérieures plus contrastées, aux lignes postmédianes sinueuses, et par ses franges alternativement claires et foncées.

Dans la mesure où cette dernière espèce ne vole que dans le sud des Alpes, le risque de confusion reste en outre très limité géographiquement. Il n’est toutefois pas nul, car dans les Alpes méridionales, les deux espèces cohabitent effectivement et volent à la même époque.

Le mâle se distingue de la femelle par sa taille moindre, les ailes plus élancées, son abdomen plus effilé et moins massif, et surtout par ses antennes fortement pectinées.

Remarque : dans une partie des Alpes Maritimes vole un Bombyx qui présente de légères différences avec la forme habituelle du Bombyx du Peuplier. Ce Papillon a été décrit récemment comme une bonne espèce mais il est plus vraisemblable qu’il s’agit d’une sous-espèce : . A cet endroit, il ne semble pas cohabiter avec la forme nominale du Bombyx du Peuplier.

Où, quand, comment le rencontrer ?

Le Bombyx du Peuplier vole surtout en novembre-décembre, en une seule génération annuelle.

On le trouve pratiquement dans toute la France (répartition à affiner localement dans les Alpes du Sud- Voir plus haut). Il se rencontre surtout en milieu forestier. La papillon est souvent commun, voire abondant, dans ses localités. Il ne monte guère en altitude, contrairement au Bombyx de Millière qu’on peut encore rencontrer à plus de 2000 mètres.

Ce Bombyx ne se nourrissant pas à l’état d’imago, l’attraction lumineuse reste le moyen privilégié pour l’observer. Les deux sexes (mais surtout le mâle) viennent bien à la lumière, généralement tôt dans la nuit.

Premiers états

Les oeufs sont pondus isolément ou en petits groupes sur les rameaux de la plante nourricière. Ils sont de couleur générale gris cendré, légèrement mouchetés, oblongs et souvent plus ou moins aplatis. Ils hibernent. Il est fréquent que les oeufs se creusent très nettement quelques jours avant l’éclosion des chenilles, de sorte qu’on pourrait les croire desséchés.

La chenille qui éclot dès les premiers bourgeons, se nourrit de toutes sortes de feuillus, notamment les Peupliers, les Saules, les arbres fruitiers, les Chênes. Lorsqu’elle arrive à maturité, vers le mois de mai, elle est généralement grise, avec des dessins en forme de losange sur le dos. Elle se confond parfaitement avec les rameaux ligneux. Sa coloration peut varier très fortement : certains individus sont presque blanchâtres, alors que d’autres sont gris foncé (voir ci-contre), d’autres tendent plus vers le brun. Enfin, les dessins peuvent être plus ou moins marqués, voire totalement effacés !

Cette variabilité ne facilite pas sa distinction d’avec sa congénère Poecilocampa alpina... Pour apprécier la difficulté de l’exercice, nous figurons ci-dessous un document rare, où l’on voit sur la même photo les chenilles des deux espèces. Un indice : Le Bombyx du Peuplier est en haut ! (ce qui, notons-le en passant est un tantinet inhabituel car c’est normalement le Bombyx de Millière que l’on trouve en altitude !).

Il faut consulter la littérature spécialisée pour apprendre que la face ventrale de la chenille de Poecilocampa alpina est de couleur fondamentale blanche, tandis que celle de Poecilocampa populi populi est orangée. Un défi pour le photographe, surtout quand il n’est pas au courant !

Le meilleur critère sera sans doute l’endroit où la chenille aura été trouvée. En effet, Poecilocampa alpina ne consomme pratiquement que du Mélèze...

La chenille tisse un cocon ovale auquel elle incorpore des débris issus du milieu environnant. L’insecte y passera toute la belle saison sous forme de chrysalide.

Est-il menacé ?

Aucun danger ne semble peser sur cette espèce.

Liens conseillés

Une galerie de photos sur les premiers stades (galerie-insecte.org)

Une fiche complète (en anglais) (UK Moths)